Bilan Ligue 1 : Bordeaux, what else ?

Alors que la Ligue 1 s'en va fêter noël et le passage à 2010, petit retour sur la première partie de saison où Bordeaux a survolé le championnat, Montpellier a surpris son monde, et Lyon, Paris - et Marseille dans une moindre mesure - ont déçu.



Je félicite mes joueurs par rapport au résultat de cette demi-saison, qui est vraiment excellente. “ Laurent Blanc peut se féliciter du parcours des Girondins de Bordeaux. Impérial tant sur la scène nationale - leader avec neuf points d'avance sur Lille- que sur la scène européenne - premier de son groupe avec 16 points sur 18 possibles et qualifié pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions - Bordeaux a fait le plein. Avec six victoires consécutives, dont quatre à l'extérieur, les coéquipiers de Marouane Chamakh se positionnent indubitablement pour le doublé en championnat.

Derrière ça se bouscule gentiment. Lille - pourtant auteur d'un départ moribond - a trouvé la bonne carburation : le super ! Quatre matchs sans encaisser de buts, six victoires de suite et... 26 buts inscrits ! Sous l'impulsion d'un Gervinho intenable (meilleur buteur de L1 avec 11 réalisations), les hommes de Rudi Garcia sont pour l'instant les concurrents les plus sérieux aux Bordelais. Mais le départ de l'Ivoirien pour la CAN pourrait chambouler la bonne dynamique.

Montpellier est la véritable surprise de ce début de saison. Après un départ canon, on pensait les hommes de René Girard incapables de tenir la cadence, mais il n'en est rien ! Solidement campés à la troisième place, les Héraultais ont prouvé que leur groupe valait mieux qu'une formation qui visait le maintien. " Loulou " Nicollin peut être ravi, à cette cadence-là, Montpellier sera rapidement maintenu parmi l'élite !

Lyon et Marseille jouent le coup de la panne.

Annoncés comme les candidats les plus sérieux à lutte pour le titre, les deux Olympiques - Lyon et Marseille - jouent le coup de la panne. Quatrième à onze points - un gouffre - du leader, les Marseillais ont fini la première moitié de saison 2009 comme en 2008, par une défaite. Ils leur resteront le match en retard face à Sochaux pour limiter les dégâts, mais sera-t-il suffisant ?

Pour Lyon, la situation est un peu plus corsée. Les Gones ont littéralement sombré au mois de novembre et s'apprêtent - une fois de plus - à se faire éliminer en huitième de finale de la Ligue des champions, Real Madrid oblige. Claude Puel pourrait bien devenir le nouveau "P.P.H" (passera pas l'hiver), mais Jean-Michel Aulas tient bon et a réitéré sa confiance envers son coach.

Paris mi-figue mi-raison; Rennes, Monaco et Saint-Etienne déçoivent

Si des formations comme Auxerre, Lorient Valenciennes remplissent haut la main le cahier des charges en pointant en première partie de tableau, celui du PSG, de Rennes et de Monaco est contrasté. Capable de fulgurances, mais aussi de non-matchs, ces trois formations ne sont pas pour l'instant à leurs places.

Paris revient bien grâce à son succès contre Grenoble, mais la dynamique est très fragile. Rennes n'arrive pas à enchaîné les bons résultats, tout comme l'ASM qui ne retrouve pas la bonne dynamique du début de saison. Idem pour Toulouse qui déçoit, après une saison 2008/2009 de très bon niveau.

Plus bas dans le classement, Lens, Nice et Sochaux tiennent bon, grâce à un matelas de points confortables sur la zone rouge. La course pour le maintien semble se jouer en effet entre quatre équipes : Saint-Etienne, Le Mans, Boulogne et Grenoble dans une moindre mesure. Relégué à six points du seizième, l'OGC Nice, les Sarthois devront montrer un tout autre visage - et notamment à l'extérieur où ils ont perdu leur neuf matchs - s'ils ne veulent pas inaugurer le MMArena à l'étage inférieur.

Le maintien pour Grenoble? le rêve est permis

Pour l'ASSE, même constat, la venue de Christophe Galtier en lieu et place d'Alain Perrin n'a pour le moment pas les effets escomptés, même si la route est encore longue. Quant à Boulogne, les blessures à répétition et une seule victoire en quinze matchs sont de trop pour les hommes de Laurent Guyot.

Enfin pour Grenoble, seul un exploit historique des hommes de Mecha Bazdarevic les sortirait de cette vingtième place, qu'ils n'ont plus quitté depuis la quatrième journée de Ligue 1. Mais demain c'est noël, et il n'est pas interdit de rêver.



Article lu 2362 fois. Rédigé le Jeudi 24 Décembre 2009 par Romain B.