Lille : Cabaye s'explique

voir aussi : Europe - France - Ligue 1 - Lille - LOSC - RSS

Auteur d'un début de saison catastrophique sous le maillot lillois, le jeune milieu de terrain Yohan Cabaye va tenter de se relancer demain soir contre Rennes.

En effet, Yohan Cabaye a eu bien des choses à digérer en l'espace de quelques mois. Son transfert avorté à Bordeaux d'abord, dû au non-départ de Fernando des Girondins. "Dès la reprise, j'ai dit au coach que je voulais partir s'il y avait une offre a expliqué l'ancien capitaine des espoirs. Mais je n'ai pas traîné des pieds pour autant, je me suis préparé à fond (...) Mon choix prioritaire, c'était de rester en France. J'ai appris que Bordeaux était prêt à m'engager en cas de départ de Fernando. J'ai simplement dit que ça me plairait d'aller là-bas. A partir de là, tout le monde s'est emballé."

Suit alors la reprise de la saison. Lille cartonne en tours préliminaires de l'Europa League, mais éprouve des difficultés à lancer son championnat. Yohan Cabaye est source de nombreuses critiques, les sceptiques se demandent où est passé le joueur si performant sous l'ère Puel. Des interrogations qu'a également dû de poser Rudi Garcia, tranchant dans le vif et l'écartant du onze de départ début septembre. Un décrassage séché et une expulsion 52 secondes après son entrée en jeu à Lens ne renforceront pas le crédit du joueur de 23 ans.

"Je ne suis pas malheureux ici, affirme Cabaye. Je ferai tous les efforts nécessaires pour regagner une place de titulaire. Jusqu'au mois de janvier, au moins, je donnerai le maximum." Enfin, Cabaye a une nouvelle fois affirmé tout son dévouement à Claude Puel, dont le fonctionnement semblerait opposé à celui de Rudi Garcia ("Je n'ai pas à faire copain-copain avec lui(Garcia)) : Il a beaucoup compté dans ma carrière, il m'a lancé, il m'a fait progresser. Même dans plusieurs années, dans un autre club, sous les ordres d'un autre coach, je parlerai encore de Claude Puel, je ne l'oublierai pas".



Article lu 2161 fois. Rédigé le Vendredi 16 Octobre 2009 par Corentin Momont