EdF : Malouda vide son sac

Notre curiosité malsaine n'est toujours pas assouvie après la lecture des propos de Florent Malouda, interviewé dans L'Equipe Mag. Pas de scoop sur la grève, ou sur les secrets du vestiaire. Mais il évoque sans langue de bois le poids qui pèse sur l'équipe de France, et dénonce à mots à peine couverts l'attitude de son ancien sélectionneur.

Premier élément à noter : à en croire les propos du Guyanais, Domenech avait bien plus d'emprise sur son groupe que ce semblaient indiquer les dernières rumeurs. "En équipe de France, je venais pour jouer où l'on me disait et c'est tout. (...) On n'essayait même pas d'aller voir le coach pour lui parler tactique, système de jeu, 4-3-3 ou 4-2-3-1... C'était : "Tu te mets là et tu fais pas d'histoires." On ne cherchait pas d'explications. (...) À aucun moment, ces dernières années, ma parole n'a pesé face au sélectionneur. J'ai eu l'impression de ramer à contre-courant".

Il évoque également que l'environnement malsain de l'équipe a eu raison de la qualité de la plupart des joueurs. En d'autres termes, les Bleus avaient beau être isolés, ils étaient loin d'être surprotégés. Et ce, contrairement à ce qu'affirmait Escalettes, décrivant l'organisation de l'équipe comme plus professionnelle que n'importe quel club. "Les joueurs qui évoluent à Chelsea, Barcelone, Arsenal, Munich ou Lyon ont besoin d'un contexte de haut niveau pour s'épanouir (...) Je vivais mal la différence entre le fonctionnement de la sélection et celui d'un grand club comme Chelsea. À chaque convocation avec les Bleus, je replongeais dans les histoires négatives, les mauvaises vibrations... On nous disait trop payés, maintenant nous sommes des caïds, carrément. Nous arrivions en équipe de France pour nous faire tirer dessus. Il n'existait aucune protection, on parlait de tout sauf de football. En club, ça n'existe pas. Les conditions sont remplies pour placer le joueur dans un état d'esprit sain en vue de la compétition".

Et pour conclure, il revient sur l'omerta qui semble avoir gagné les joueurs, enfermés pour la plupart dans leur mutisme. "Depuis le retour d'Afrique du Sud, comme le principal intéressé se tait, les médias guettent la réaction des joueurs en attente du grand déballage. Mais pourquoi serait-ce notre rôle ? Nous sommes pris pour cible et nous risquons d'être instrumentalisés alors que nous n'étions pas décisionnaires. Il y a des dirigeants et un entraîneur qui doivent dévoiler leur analyse. Je refuse de me substituer au sélectionneur. Demandez-lui s'il est fier de son travail".

Pour résumé, c'est bien un sacré chantier qui attend Laurent Blanc.



Article lu 2577 fois. Rédigé le Samedi 03 Juillet 2010 par Alexis Toledano
Commentaires : (ajoutez un commentaire)

   18h00 sur Eurosport2
                Kristiansund - Molde - Parier


   19h00 sur RMC Sport 1
                Sheffield United - Tottenham - Parier


   19h00 sur Canal +
                Sheffield United - Tottenham - Parier


   19h30 sur BeIn Max5
                Eibar - Osasuna - Parier


   19h30 sur BeIn 1
                Real Sociedad - Espanyol Barcelone - Parier


>> La suite du programme sur Matchs.tv